Notre engagement

Dans nos vies personnelles, nous – Nora et Floréal – avons très tôt été questionnées par les discriminations que nous observions autour de nous. En tant qu’enfants, adolescentes puis femmes, mais aussi en tant qu’enfants de parents et grands-parents qui ont migré en France, nous avons très jeunes été sensibles aux différences dans la manière dont certaines personnes sont considérées et traitées, en fonction de qui elles sont ou de la manière dont elles sont perçues. Les trajectoires de vie de nos familles et de chacune d’entre nous ont été influencées par ces différences de traitement. Cette influence s’est fait ressentir dans la manière dont nous avons construit nos identités et avons appris à percevoir celles des autres, dans la manière dont nous avons imaginé notre avenir et ce qu’il nous serait possible ou impossible de faire et de devenir.

Nous savons, par nos propres vécus, nos conversations avec des personnes discriminées et nos formations universitaires, à quel point il est difficile de se construire en se découvrant « facteur de désordre », dans une société qui dévalorise tout ou partie de nos identités. C’est pourquoi il était si important pour nous de comprendre les causes et le fonctionnement de ces différences de traitement. Nous disposons rarement d’espaces dédiés pour réfléchir collectivement aux inégalités que nous vivons et/ou observons. Construire une réflexion critique et autonome sur les concepts de race, de genre, de classe, de handicap, d’orientation sexuelle, etc. est activités pour renforcer son courage social pourtant devenu primordial pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. Ces critères, par lesquels nous nous définissons et nous (dé)valorisons, demandent à être davantage examinés et discutés, si l’on veut poser les bases d’une société véritablement inclusive et égalitaire. Plus ces concepts sont interrogés, plus nous pouvons apprendre ensemble à les critiquer, à les déconstruire, à les appréhender de manière ouverte et fluide, et à se les réapproprier positivement.

Il nous tenait à cœur de créer des pédagogies et des méthodes d’intervention qui puissent accompagner les questionnements et les conversations sur ces sujets. Les mouvements de lutte pour la justice sociale dérangent et suscitent de vives résistances et contre-attaques. À un niveau individuel, ces réactions proviennent notamment de sentiments d’incompréhension, d’inconfort, de honte, de peur et d’impuissance face aux inégalités.

Fruit de notre expérience, nos méthodologies sont conçues pour permettre de développer de manière interactive la compréhension des enjeux liés à ces luttes. Nos activités sont autant d’invitations à explorer les manières dont les rapports de domination vous traversent et façonnent votre relation au monde, aux autres et à vous-même. Nous sommes guidées dans notre travail par la conviction que c’est par l’expérience subjective de ces questionnements que l’on renforce nos capacités individuelles et collectives à transformer positivement la société dans laquelle nous vivons.